Jason Reindl

J’étais l’un des athlètes les plus lents au NB et je suis devenu le plus rapide en l’espace de 2 ans, grâce à lui! Il a une vision claire et directe, et il est obsédé par son travail et sa carrière, et ça, c’est super pour ses athlètes! Artabaz Nazari (étudiant de 3e année membre de l’équipe d’athlétisme)

Jason Reindl est entraineur en chef de l’équipe d’athlétisme de l’UNB depuis que le programme a été remis en place, en 2010. Il est aussi entraineur en chef de l’équipe d’athlétisme provinciale. Il est le lauréat 2015 du prix Défenseur du sport pour ses réalisations en tant qu’entraineur de haute performance. Entraineur NB s’est entretenu avec lui afin de discuter du prix Laissez votre marque et de sa philosophie d’entraineur.

Entraineur NB : Qu’est-ce qui vous a inspiré à prendre le sifflet et à devenir entraineur?

Jason : En tant qu’ancien athlète de compétition élevé dans une maison d’entraineurs, mes parents étaient tous deux des athlètes d’athlétisme de compétition et des entraineurs de haut niveau – Jeux du Canada, niveau universitaire -, l’étincelle était allumée. Ça semblait être la façon logique de redonner au sport et d’exercer une profession qui n’a pas l’air d’en être une.

Entraineur NB : Comment votre certification du PNCE vous a-t-elle aidé à grandir en tant qu’entraineur?

Jason : Elle m’a donné une immense fondation. Le PNCE est un programme de renommée mondiale et une organisation nationale. Pouvoir commencer ma formation formelle d’entraineur avec les bonnes bases et les bonnes connaissances concernant mes compétences en tant qu’entraineur et les meilleures pratiques, tout ça a vraiment développé mes compétences et habiletés de départ comme entraineur.

Entraineur NB : Qu’est-ce que cela représentait pour vous de recevoir le prix Laissez votre marque l’année dernière?

Jason : Humilité, pourrait être le mot. Fierté. Ça signifie beaucoup d’être reconnu pour le travail que j’ai fait. Pas juste pour moi; c’est aussi une reconnaissance envers le club, la province, l’organisation sportive et les athlètes et leurs parents qui soutiennent tout ça. Je ne suis pas seul. C’est une belle tape sur l’épaule.

Entraineur NB : Pensez-vous que c’est important de reconnaitre les entraineurs de cette façon?

Jason : Oui à 100 %. La plupart des entraineurs sont bénévoles. Il y a juste quelques chanceux qui peuvent appeler ça une profession. Je pense que c’est vraiment important de reconnaitre les heures de travail des entraineurs. Les entraineurs peuvent avoir une influence sur plus de personnes qu’on pourrait le croire. Un entraineur peut travailler avec 500 athlètes et enfants dans une année, offrir une expérience positive et être un modèle, une personne vers qui se tourner.

Entraineur NB : Comment c’était de monter le programme d’athlétisme de l’UNB à partir de rien?

Jason : Très unique, en ce sens que d’être capable de prendre un programme sans solide fondation et son propre héritage culturel nous a vraiment permis de le développer, de faire les grands sauts et les enjambées, et d’apprendre en cours de route. Parfois, c’est un peu aller par tâtonnement, mais ça a été une expérience positive jusqu’à présent.

Entraineur NB : Comment gère-t-on une équipe d’athlétisme dont les membres sont dans deux villes? (Fredericton et Saint John)

Jason : Sur le plan organisationnel, c’est parfois très difficile, mais, heureusement, les membres de mon personnel d’entrainement des deux campus m’appuient beaucoup. Les membres de la gestion, comme les responsables des sports et le personnel des deux campus, facilitent les choses. Je pense que les athlètes sont en plein essor et les résultats continuent de s’améliorer. Tout le monde facilite ma tâche pour être sûr que tout se passe comme il faut.

Entraineur NB : Est-ce difficile d’équilibrer les équipes de l’UNB et l’Équipe NB?

Jason : Parfois, les horaires sont conflictuels et prioriser pendant la saison n’est pas toujours aussi facile qu’on le voudrait, mais c’est une petite province, avec beaucoup de personnes semblables dans des rôles de soutien. Avec un travail d’équipe positif entre les membres du personnel, les entraineurs, les administrateurs, les soigneurs et les athlètes, nous pouvons nous assurer que nos objectifs concordent pour obtenir les résultats visés sur la piste, et ça, c’est l’essentiel.

Entraineur NB : Pourquoi êtes-vous si disposé à entrainer des athlètes qui n’ont aucune expérience en athlétisme?

Jason : Je pense que c’est la nature du sport; nous sommes ouverts et accommodants. Il y a beaucoup de diamants bruts qui n’ont pas été exposés à l’athlétisme et, en laissant la porte ouverte, nous nous donnons une chance de réussir et nous leur donnons la possibilité de tomber amoureux du sport. Et peut-être qu’ils vont redonner au sport dans les années à venir parce qu’ils ont eu des expériences positives et ont pu participer.

Entraineur NB : Qu’est-ce qui vous motive à passer autant de temps sur les athlètes individuels en leur proposant des plans d’entrainement personnalisé?

Jason : Ma carrière en athlétisme a été assez réussie en tant qu’athlète, mais, en même temps, j’ai quelques réserves. Parfois, je pense que j’aurais pu faire mieux, alors je veux vraiment m’assurer que les athlètes avec qui j’ai le privilège de travailler atteignent tous leurs objectifs et atteignent vraiment leur potentiel maximum.

Entraineur NB : L’UNB a eu de bons résultats cette année et l’une des athlètes a remporté sa toute première médaille SIC (Grace Annear), à quoi attribuez-vous cela?

Jason : Le bon athlète! Parfois, c’est parce que leur potentiel génétique est plus développé. En parlant de Grace, elle beaucoup d’années d’expérience. De Hampton au Nouveau-Brunswick jusqu’à Victoria, elle a remporté des médailles nationales, elle s’est développée, elle a saisi les occasions, nous l’avons soutenue et lui avons donné ce dont elle avait besoin. Je pense que ça prouve que n’importe quel athlète peut avoir du succès s’il a un programme qui lui fournit les éléments de base pour assurer sa réussite.

Nous avons eu une augmentation constante du nombre d’athlètes qui participent aux compétitions nationales, se qualifient et montent l’échelle à partir de là. Nous fournissons à nos athlètes plus de possibilités de participer à des compétitions tout au long de la saison et, grâce à ça, ils réussissent à obtenir de meilleurs résultats. La corrélation n’est pas totale, mais nous faisons de meilleures choses dans le programme et nos athlètes réussissent mieux, alors tout le monde est content!