Lauren Hale-Miller

Nous vous présentons Lauren Hale-Miller. Elle est l’une des deux femmes à avoir été sélectionnées pour représenter le Nouveau-Brunswick aux Jeux du Canada dans le cadre du programme d’apprentissage Les entraineures. Lauren, qui est actuellement une entraineure de volleyball bénévole à l’école secondaire Leo-Hayes, a été embauchée en tant qu’entraineure de l’équipe féminine de volleyball de l’UNBSJ cet automne.

Lauren a récemment terminé son baccalauréat en études sportives et récréatives à l’UNB et poursuit une carrière d’entraineure de volleyball. Entraineur NB a reçu Lauren en entrevue pour lui demander pourquoi.

« Il n’y a rien que je préfère, dit Lauren. J’aime beaucoup être entraineure. Je passe de 20 à 30 heures par semaine au centre sportif en ce moment, en tant que bénévole, et ce serait bien d’être payée pour faire quelque chose que j’aime. En même temps, quand je me fais payer, je n’ai pas l’impression que c’est un travail; c’est encore une passion. »

Cette passion, en plus des recommandations élogieuses de ses mentors, athlètes et anciens entraineurs, a aidé à lui assurer sa place au sein du programme d’apprentissage.

« J’ai été le mentor de Lauren ces trois dernières années et j’ai eu le privilège de la voir se transformer en une force sur qui on peut compter », déclare Mike Gallagher, l’entraineur de volleyball de Lauren à l’école secondaire; homme qu’elle respecte énormément. « Elle est très attentive aux détails et a un talent pour enseigner les habiletés techniques propres à notre sport. »

« Son style en tant qu’entraineure pousse les athlètes à s’améliorer physiquement mais, plus important encore, à s’améliorer mentalement. Elle apprend à connaitre tous ses athlètes et établit des liens avec eux, et ça renforce l’esprit d’équipe », dit Ty Poore, l’un de ses athlètes actuels.

Le programme d’apprentissage Les entraineures a été mis sur pied pour reconnaitre les entraineures émergentes comme Lauren et pour combler l’écart entre entraineurs de sexe masculin et entraineurs de sexe féminin, étant donné que les femmes sont sous-représentées en ce moment.

« Je trouve que le métier d’entraineur est dominé par les hommes, tellement que les gens rient de moi lorsque je dis que je veux être entraineure professionnelle », confie Lauren au sujet de la sous-représentation des femmes parmi les entraineurs.

À l’heure actuelle, le ratio hommes-femmes chez les entraineurs du Nouveau-Brunswick est environ 6:4 en faveur des hommes.

Toutefois, Lauren est optimisme. « C’est plaisant d’être reconnue [grâce au programme Les entraineures] et maintenant que j’ai fait un pas en avant et que je suis devenue entraineure professionnelle à temps partiel, je me rends compte que les femmes peuvent le faire et avoir du succès. »

Dans le cadre du programme des apprentis des Jeux du Canada 2017, Lauren travaillera avec Monette Boudreau-Carroll, l’actuelle entraineure en chef de l’équipe féminine de volleyball de l’Université de Moncton.

« Je suis très contente de travailler avec Monette. J’ai déjà travaillé avec elle et ça m’a ouvert les yeux. Elle est un bon modèle parce qu’elle est entraineure professionnelle elle-même », déclare Lauren.

Lauren commencera sa formation au programme Les entraineures en novembre; elle participera au colloque Leadership dans le sport Petro-Canada, à Richmond, en Colombie-Britannique, et elle continuera sa formation jusqu’en aout 2017, lorsque l’Équiper NB ira à Winnipeg, au Manitoba, pour participer aux Jeux du Canada.

L’avenir s’annonce bien pour Lauren et les autres jeunes entraineures de la province et, avec l’aide de programmes comme Les entraineures, nous espérons que de nombreuses autres entraineures réaliseront leur rêve et deviendront des entraineures certifiées qui influencent positivement leur sport respectif et, plus important encore, les athlètes.